Semographe

2007 - 2010. Recherche art & science-non-quantitative.

Quelle est la nature des espaces sémantiques ?

Ce chantier a été mené avec Sabine Ploux chercheuse au CNRS en traitement du langage, Dorothée Volut, poète et Gaël Cobert, infographiste.
Co-prod° : Institut des Sciences Cognitives (CNRS/Lyon I), Les résidences de l’art en Dordogne, Grains de lumière et le Laboratoire du moins.

Exposition du travail en cours en janvier 2010 à la Traverse par Grains de lumière (Marseille).

La pièce jamais trop a initié cette recherche.

La relation du language à l'espace, et plus précisément la nature des espaces sémantiques a fait l'objet d'un chantier avec Sabine Ploux, chercheuse en traitement du language au CNRS.

La relation du language à l’espace, et plus précisément la nature des espaces sémantiques a fait l’objet d’un chantier avec Sabine Ploux, chercheuse en traitement du language au CNRS.

l'entrée "Subtil" et ses synonymes dans la fenêtre de visualisation de l'Atlas Sémantique
l’entrée « Subtil » et ses synonymes dans la fenêtre de visualisation de l’Atlas Sémantique

 

Le point de départ de cette recherche est un outil mis en place par la chercheuse. L’Atlas Sémantique1Voir Atlas Sémantique.[/ref offrent une visualisation multidimensionnelle du sens des mots synonymes de celui entré par l’utilisateur. Cet outil est limité à une centaine de mots.

Je rencontre Sabine Ploux avec un projet de sculpteur : celui de circonscrire la forme de l’ensemble du lexique français courant. Mon projet est poétique : matérialiser la métaphore d’une grande forme en évolution qu’est le le lexique français.

Photomontage : prévisualisation du nuage de mot sur une façade.
Photomontage : prévisualisation du nuage de mot sur une façade.
Projet d'imprimer le nuage de mot sur l'intérieur d'une tente, en anaglyphe (3D rouge et vert).
Projet d’imprimer le nuage de mot sur l’intérieur d’une tente, en anaglyphe (3D rouge et vert).
Maquette au 1/10ème de la tente suspendue.
Maquette au 1/10ème de la tente suspendue.

 

Demande de devis pour une structure gonflable à l'intérieur de laquelle serait imprimé le nuage de mots, toujours avec le procédé du relief stéréoscopique par anaglyphe.
Demande de devis pour une structure gonflable à l’intérieur de laquelle serait imprimé le nuage de mots, toujours avec le procédé du relief stéréoscopique par anaglyphe.

La recherche engage d’une part un travail de la chercheuse qui commence alors à faire tourner ses machines avec un très grand nombre de mots. Et d’autre part un travail de mon côté, pour trouver d’autre manières de représenter ce volume.

Image 8

élan002 EnergieRelief

Image 6

Je réalise que mon projet poétique et sculptural initial passe à côté de l’essentiel : le langage n’est pas de nature spatial. Ou bien si l’on parle d’espace sémantique, cet espace n’a pas grand chose à voir avec l’espace dans lequel l’ingénieur dessine une pièce automobile – espace de l’ingénieur qui est la mère de nos chères représentations 3D.

Se pose de nouveau la question du mode d’existence de ce nuage de mot, au delà de mon attachement symbolique : de quelle manière le présenter ?

Carton d'invitation à la performance.
Carton d’invitation à la performance.
Répétition avec Dorothée Volut et Gaël Cobert.
Répétition avec Dorothée Volut à la voix et Gaël Cobert au clavier.

L’étape de travail présentée à la galerie La Traverse joue sur la tension entre un espace graphique 3D virtuel que l’on peut visiter au clavier et à la souris, et le fait que le sens des mots n’est pas réductible à des occurrences dans un espace à 3 dimensions continues : qu’y a t il entre « bateau » et « amour » ?

Performance à la Traverse : le nuage de mot est projeté au plafond. Gaël Cobert entre dans la machine les mots prononcés par Dorothée Volut, qui lit ce qu'elle voit et prononce ses interrogations.
Performance à la Traverse : le nuage de mot est projeté au plafond. Gaël Cobert entre dans la machine les mots prononcés par Dorothée Volut, qui lit ce qu’elle voit et prononce ses interrogations.