Manger, le débat des parties

Venir avec faim, serviettes, nourriture et mains propres.
Conférence-Jam proposée à Paris le 13/07/2015 à 17h lors des Rencontres internationales du Contact-Improvisation

Ce texte est une base pour l’improvisation.

Bonjour !
Annoncer le cadre :
Je vais vous proposer un temps d’alimentation guidé qui va durer une petite heure et glisser tranquillement vers une jam ensuite.

..Et Julia qui fait la traduction.

Bon, je vous ai demandé de venir avec de l’appétit, mais il faut que je vous dise, on va travailler la retenue. Ca va nous permettre de faire plein de découvertes !

Si c’est nécessaire, allez vous laver les mains. Et si vous n’avez pas de serviette, ramener 6 feuilles de papier toilette.
Se mettre par deux.
Si vous avez une allergie alimentaire, si vous ne pouvez pas manger dans une cuiller qui a touché du poisson, ou du gluten, c’est le moment de le dire à votre complice.
Disposer devant soi 3 aliments. Éventuellement vous en empruntez un à votre voisin. Vous pouvez aussi partager.
Voilà, chacun a devant lui, chacune a devant elle : 3 aliments.
Les diposer de manière à pouvoir les voir en détail, et pouvoir les renifler sans avoir à les toucher.
Vous avez devant vous 3 aliments que vous pourriez manger.

Les regarder, sans les toucher.
Etudier ce que ça fait de les regarder.
Et puis, se concentrer sur un aliment.
Comment cet aliment parle à tout l’être qui regarde.
Est-ce qu’un partie de mon être répond particulièrement ?
Une sensation particulière se manifeste t elle ? Ça peut-être une sensation très délicate ? Ca peut-être une sensation bien connue, ou non.
Observer cette sensation.
Quelles sont les pensées qui surgissent ?
Comment cet aliment parle au système digestif ?
Comment cet aliment parle à la main ?
Comment cet aliment parle à la bouche ?
Comment cet aliment parle à la langue ?
Comment cet aliment parle aux muscles de la mâchoire ?
Comment cet aliment parle au palais ?
Comment cet aliment parle au nez ?
Comment cet aliment parle à l’œsophage ?
Comment cet aliment parle à l’estomac ?
Comment cet aliment parle au foie ?
Comment cet aliment parle à la vésicule biliaire ? -Si vous savez où c’est, tant mieux !!
Comment cet aliment parle à la partie de l’estomac qui débouche sur l’intestin ?
Comment cet aliment parle à l’intestin ?
Comment cet aliment parle au gros intestin ?
Y a t il d’autres parties du systèmes digestif auquel cet aliment parle, pour lui dire du bien, ou du pas bon.
Est-ce que cet aliment parle à l’anus ?

Et puis, regarder un autre aliment, et recommencer.
Comment cet aliment parle à l’être qui regarde.
Est-ce qu’une partie de mon être répond particulièrement ?
Une sensation particulière se manifeste t elle ? Ça peut-être une sensation très délicate ? Ca peut-être une sensation bien connue, ou non.
Observer cette sensation.
Quelles sont les pensées qui surgissent ?
Et, passer en revue son système digestif, lui demander comment il reçoit la proposition que fait cet aliment quand on le regarde, à cet instant.

Et puis recommencer pour un troisième aliment.

Choisir un aliment, en vue de le manger, mais ne pas mettre cette décision à exécution. Prendre le temps de choisir. Observer ce qui est en jeu dans le processus du choix. Observer ce que c’est que choisir.
Est-ce que c’est un aliment qui appelle la main ?
Est-ce que c’est la bouche qui est attirée?
Est-ce que c’est l’œil qui est attiré ?
Est-ce que c’est la flore intestinale qui est attirée ?
Est-ce que votre cou se porte en avant, est-ce que c’est la tête qui est attirée ?
Ou bien, est-ce que c’est le pied qui est attiré ?
Est-ce qu’une partie de l’être refuse ce qu’une autre désire.
Observer le débat entre ces parties.

Observer ce que ça fait de choisir.
Maintenant, vous allez pointez du doigt l’aliment que vous avez choisi, SANS le manger.
Observer la manière dont vous pointez du doigt.
Observer ce que ça fait d’avoir choisi.

Fermer les yeux.
Fermer les yeux.
Tout en gardant les yeux fermés, approcher son nez d’un aliment sans le toucher, et le renifler.
Étudier les sensations qui viennent dans tout l’être. Qu’est-ce qui se produit en ce moment, alors que l’odeur de cet aliment rencontre la matière de l’être ?
Ici et maintenant.

Et puis, toujours en gardant les yeux fermés, et toujours sans toucher, se mettre dans l’idée de choisir un aliment pour le manger. Se laisser la possibilité de choisir un autre aliment que celui qui a été choisi tout à l’heure.

Etudier les aliments un par un, à l’odeur, sans les toucher, pour choisir celui que vous allez manger, mais ne pas le faire, ne pas le manger.

Et observer, quelle partie de soi quelles pensée, quels organes, quels fluides, quels fascia sont sollicités par tel endroit olfactif. Et quelles partie de soi au contraire, refusent tel ou tel proposition qui leur est faite sous la forme de l’odeur. Observer la qualité que prend ce refus. Est il catégorique ? Est il conditionnel (càd. dans le style “ Je veux bien que nous mangions ceci, si nous mangions cela après… ”) ? Est il ferme, est il négociable.
Observer, comment une partie de l’être, une pensée, une main, un organe, peut-être tenté de censurer la demande qui est faite par une partie. Et comment elle peut se faire insistante.
Observer les parties qui ont dévellopé plus de charisme.
Observer la réaction des parties que vous n’avez pas l’habitude d’écouter.

Que dit le fascia sous mon crane de cette proposition alimentaire ?
Que dit la plante de mon pied de cette proposition alimentaire ?
Que dit ma flore intestinale de cette proposition alimentaire ?
Que dit ma peau de cette proposition alimentaire ?
Que dit mon cœur de cette proposition alimentaire ?
Etc…

C’est le moment de conclure votre choix. Vous allez donc prononcer le nom de l’aliment que vous avez choisi. NE le mangez PAS.

Au début, je vous avait demandé de vous mettre à deux. Vous formez donc des tandems. Dans chaque tandem, celui ou celle qui est à droite va garder les yeux fermés, tandis que celle ou celui qui est à gauche va ouvrir les yeux, tranquillement.
Voilà, dans chaque tandem, celui qui est à droite a les yeux ouvert, et celui qui est à gauche a les yeux fermé vous allez vous mettre face à face.
Vous allez maintenant vous prendre les mains, et établir une connection, entre vous, de cœur à cœur.
Voilà, vous pouvez vous lâcher les mains, et celle ou celui qui a les yeux ouvert va présenter un aliment devant la bouche de son complice, sans toucher sa bouche, ni son nez.

Je vais maintenant m’adresser à celle et ceux qui ont les yeux fermés.
Donc votre complice vous tend un aliment devant la bouche.
Renifler cet aliment.
L’explorer attentivement, à l’odeur.
Etudier finement toutes ses odeurs. Toutes ses parties odorantes.

Observer la manière dont vous le recevez.
Passer en revue les parties de votre système digestif. Comment chaque partie reçoit elle la proposition de manger ou non cet aliment ? Quelles sont les parties de vous qui restent muettes ?
Vous pouvez approcher les lèvres, pour éprouver l’aliment, son éventuelle humidité, sécheresse, sa texture.
Observer les sensation qui vous viennent.
Si vous avez des visions, observez les.
Si vous avez des émotions, observez les passer.
Si vous l’acceptez, vous pouvez prendre l’aliment dans la bouche, mais sans l’avaler.
Sinon, vous pouvez aussi vous reculer, alors, votre complice vous présentera un autre aliment.
Une fois que l’aliment est dans la bouche, avant de le mastiquer, l’explorer très attentivement avec la langue.
Dans le même temps, passez votre corps en revu, par exemple de haut en bas. Observer l’effet que ça fait sur les différentes parties de vous d’avoir cet aliment dans la bouche.

Votre complice doit se tenir prêt à recevoir l’aliment si vous décidez de le recracher. C’est le moment d’utiliser la serviette si vous en avez une !
Faire visiter la bouche à l’aliment.
Quelles sont les parties de la bouche qu’il ne peut pas visiter ?
Explorer l’aliment avec les dents.

Observer les réactions des différentes parties de l’être.
(détailler)

C’est encore le moment de choisir : Allez vous avaler cet aliment ou non ? Allez vous le recracher ou l’avaler ?

Une fois que vous l’avez avalé, votre complice va proposer une autre bouchée.
Etc…

Echanger les rôles.
Etc…

Fermer les yeux tous les deux.

Possibilité pour engager la Jam, à discuter avec Matthieu :
Explorer à l’odeur (la pièce est pleine d’aliments).
Toucher l’autre. La main est comme une bouche. Le corps est un organe digestif.
Danser depuis une partie : fascia, tube digestif, bouche, etc…
Observer, exprimer le parlement des parties de son êtres. Le suivre dans ses errements.
Observer s digestion en cours, la suivre.

___________________
Retours entendus après la JAM :
-beaucoup de rires, léger, jam bacchanale, portée par les odeurs, la nourriture. A fleur de peau.

Améliorations possibles :
-Détailler et accompagner la mastication
-Laisser (ou autoriser) plus de temps en bouche pour le premier aliment avant de permettre le second.
-Indiquer qu’il est possible d’écouter l’effet du cheminement des aliments à travers le tube digestif.
-Indiquer qu’il est possible de lécher les lèvres.

©Boris Nordmann 2015