Blind trips – écholocalisation pour voyants et non-voyants

Cette photo représente 4 personnages dans l’atelier d’un sculpteur. Il se dégage de leurs visages une ambiance à la fois joyeuse, accueillante et surprenante. Les personnages semblent nous regarder, mais en fait aucun d’eux ne voit. En effet, deux personnages sont aveugles, les deux autres portent un élégant bandeau sur les yeux.
Ils ne voient pas. Prise de vue Hélène Motteau.

Fermer les yeux pour changer de monde

Cet atelier vise d’abord les rencontres entre aveugles et voyants  : des rencontres entre des personnes. Ces rencontres se font dans un lieu que l’on visite en aveugle et par l’écholocalisation.

L’écholocalisation humaine

C’est une manière de se repérer dans l’espace par l’écho, analogue chez les dauphins et les chauves-souris. L’écholocalisateur émet un “click” en claquant sa langue contre son palais, produisant un son très sec, plus ou moins puissant selon l’environnement. L’écholocalisation humaine permet d’identifier en aveugle des obstacles et des repères, de reconnaître un lieu sous différents angles, de 0 à plusieurs dizaines de mètres. Complémentaire de la canne blanche, elle donne une remarquable mobilité aux aveugles.

Se plonger dans ce que le monde a d’invisible est une redécouverte de ses sens et de ses émotions. Le faire en collectif donne aux rencontres une qualité touchante. L’approche perceptive de l’écholocalisation offre à la fois confiance et autonomie. Elle permet de garder le fil du réel, dans l’invisible. Pour les voyants qui y goûtent, l’écholocalisation est une source d’émerveillement et de connaissance.

L’écholocalisation est spontanément développée par les jeunes enfants aveugles mais le plus souvent inhibée par la méconnaissance des parents et du milieu spécialisé. Elle n’implique ni appareillage, ni électronique. De manière insoupçonnée, l’écholocalisation est accessible même à ceux dotés d’une audition moyenne, pour peu qu’ils acceptent de s’aveugler. S’aveugler temporairement au moyen d’un bandeau spécialement confortable qui n’écrase ni les yeux, ni les oreilles.

L’atelier

Le principe de cet atelier est que chacun apprend de chacun. C’est un processus de recherche, c’est à dire que nous partageons des questions plutôt que des réponses. Pendant l’atelier, je ne suis pas formateur mais facilitateur de l’échange. Durant chaque atelier, un nombre toujours suffisant de voyants gardent les yeux ouverts pour la sécurité de ceux qui ne voient pas, ceux sont les “anges gardiens”.

Pré-requis

Avant de participer à l’atelier en aveugle, il est nécéssaire de suivre au moins une séance individuelle d’initiation à l’écholocalisation et si besoin, à l’usage de la canne.

L’envers du lieu commun

Dans cet atelier, les personnes aveugles sont dans la position d’experts, quelque chose s’inverse. L’enjeu est d’apprendre les uns des autres, et de faire connaissance en partageant les découvertes. J’organise des ateliers de ce type depuis 2013, touché par la qualité des rencontres qui naissent. La joie de lancer son click de langue sur les murs, comme une balle dont le rebond permet d’éprouver la qualité du mur. La liberté de se projeter dans l’espace en un claquement de langue.

Vous aimez la visite  ?

Vous souhaitez accueillir un Blind trip et partager votre expérience d’un lieu ? Visiter en aveugle un espace que l’on connaît par la vue, c’est le redécouvrir profondément. C’est parfois avoir la sensation de n’être jamais venu ici. C’est un dépaysement sur un lieu que l’on croyait connaitre. C’est s’offrir un voyage à l’autre bout du monde sans quitter son terrain. Le faire en compagnie, c’est multiplier cette ré-découverte par autant de compagnons. C’est aussi s’assurer que l’on ne sera jamais perdu puisque l’on sera toujours ensemble.

Le temps… et l’argent  ?

- Un Blind trip dure 3h.
- Une séance individuelle dure environ 1h30.

Le prix de l’échange sera discuté ensemble.

Les dons à l’association Old School sont déductibles d’impôts.

Où ça  ?

Le lieu de chaque Blind trip est annoncé au moment de l’inscription.

Dois-je amener un bandeau ?

Inutile ! Une canne et une paire de lunettes “Aveuglantes” sont fournis aux voyants pour la durée de l’initiations et des Blind trips. Les lunettes “Aveuglantes” permette de ne rien voir tout en gardant les yeux ouverts. Confortables, elles n’écrasent ni les yeux, ni les oreilles.

Ca vous donne une idée  ?

Vous souhaitez marier l’écholocalisation avec une autre pratique, organiser un atelier en milieu scolaire ou pour un public spécifique  ? Parlons en  !

Qui suis-je ?

Artiste-chercheur, j’ai fait connaissance avec l’écho et les clicks de langue en 2012 au détour d’une recherche vers les dauphins, recherche que je poursuis par ailleurs. Mes formateurs à l’écholocalisation sont aveugles : Daniel Kish, Tom de Witte, Idji Xuan et Thomas Tajo.

A la radio

Pour une première rencontre avec le monde de l’écho, je vous recommande cette visite du bâtiment d’arte en 3 minutes. Mettez des écouteurs pour écouter comme un dauphin.

Contact

Boris Nordmann 06 86 51 56 53

Echauffement from Boris Nordmann on Vimeo.

 

2 comments

Comments are closed.