Apprendre par l’animal – 2ème partie

Ateliers et de conférences – 11, 12 et 13 décembre 2015

La Panacée, Montpellier, rue de l’école de pharmacie

« J’aurais aimé, une fois dans ma vie, pleinement communiquer avec un animal. C’est un but inaccessible. Il m’est presque douloureux de savoir que je ne pourrai jamais trouver de quoi est composée la matière et la structure de l’univers. Cela eût signifié : être capable de parler avec un oiseau. Mais là est la frontière qu’on ne peut franchir. Traverser cette frontière serait un grand bonheur pour moi » Ainsi parlait Levi-Strauss avec F. Raddatz

Le rêve de parler avec un oiseau, la science peut-elle nous aider à l’accomplir ? Ou bien au contraire, serait-ce qu’une certaine science -analytique et progressiste- nous aurait fait oublier la manière de communiquer pleinement avec un animal ? Quels rapport au corps, à la pensée et à la parole construire ou re-construire pour cette entreprise ?

Nous avons choisi de débatte de ces questions sur un terrain artistique. Elles transgressent parfois les protocoles scientifiques en vigueur. Notre démarche vise à se faire rencontrer des pratiques qui longtemps ont feint de s’ignorer. Les rassembler momentanément dans le cadre de ces rencontres « apprendre par l’animal » permet de faire avancer autrement la réflexion. De même que les recherches sur la télépathie peuvent nous interroger sur la naissance de la parole, la méthode pour se sentir cachalot (Fiction corporelle) est susceptible de nous questionner sur les conventions de représentation en science.

Rapports renouvelés aussi entre sensation et pensée, entre intuition et preuve, entre méthode et improvisation, entre spectacle et observation.

Le programme est composé de telle sorte que les questions rebondissent à travers les trois jours et qu’un territoire de pensée et de sensation qui nous lie à l’animal se développe à travers ces rebonds. Nous vous invitons à suivre ces rencontres construites comme un parcours qui renouvellera notre perception de notre communication à l’animal.

 

INFOS PRATIQUES :
Cycle Apprendre par l’animal proposé par Boris Nordmann, artiste invité par La Panacée.
Gratuit. Infos et réservations à effectuer par mail à mediation@lapanacee.org. www.lapanacee.org

_______

PROGRAMME DES TROIS JOURS

VENDREDI 11 décembre 2015 – Rencontrer la parole -

17h-19h15 Atelier
Exploration immersive – Que cela fait-il de parler ?
Mandoline Whittlesey
Nous irons ensemble à la (re)découverte de la parole. Nous laisserons place à la sensibilité du corps fluide, animal, afin de permettre une émergence sensible du langage. Des plages d’expérimentation, seuls et à plusieurs, viendront soutenir un vécu qui posera la fondement de nos échanges. Venir habillé confortablement et chaudement. Tous et toutes sont bienvenus !

19h30-20h15 Atelier
Jeux W
Jeanne Revel du collectif W
La pratique W travaille à construire et à expérimenter des outils pour l’action en représentation, c’est-à-dire toutes les situations où on agit devant quelqu’un. Ces outils s’élaborent et se transmettent au cours de sessions de recherche. Ils se pratiquent aussi sous la forme de jeux et alors, produisent de la parole.

20H30-21h30 Performance oratoire
Bloc – jeu issu de la pratique W
Mandoline Whittlesey, Jeanne Revel, Bettina Höfer, Joanne Clavel, Boris Nordmann
Le bloc prend la forme d’une conférence improvisée à plusieurs voix. L’élaboration en temps réel est assurée par l’observation d’un petit nombre de règles formelles : le discours se constitue au fur et à mesure qu’il avance, selon une logique d’enchaînements qui peu à peu l’éloigne de son point de départ. Par ces moyens simples, le bloc travaille ainsi la possibilité d’une énonciation collective, qui est aussi un puissant moteur de langage et de fiction.

_______

SAMEDI – Mediumnsime, Malentendu et Méthodes -

14h30-16h15 Conférences
Véronique Servais 
Pour une science humaine des animaux : que faire après le constat du malentendu ?
Il devient évident qu’on ne peut se contenter d’étudier les animaux comme si tout en eux relevait de la biologie. Je proposerai l’idée que c’est en concevant la communication homme-animal comme un malentendu qu’on se donne les moyens de construire un cadre perceptif permettant aux animaux de prendre place et de faire entendre leur voix, en théorie du moins.

Fabienne Delfour 
Tentatives de communications interspécifiques avec les dauphins menées dans le cadre de l’éthologie.
Fabienne Delfour présentera le développement des outils et des études auxquelles elle contribue en milieu captif et sauvage, après avoir brossé l’histoire de l’éthologie des dauphins. Elle interrogera la place de la technologie dans ces études qui sont (trop) largement inspirés de la primatologie.

16h30-17h50 Conférence
Être médium entre animaux et humains.
Bettina Höfer
J’expliquerai ma pratique de médium, la forme de télépathie que je pratique : comment j’y suis venue, et comment elle me permet d’intercéder entre des humains et des animaux libres ou des animaux domestiques. Je présenterai les formes que prennent les rencontres par cette voie, et je vous en donnerai des exemples concrets.

18h15-20h Proposition artistique
Fiction corporelle cachalot ou Méthode pour se sentir cachalot en 1h30
Boris Nordmann
La proposition se déroule en trois partes : 1. Une courte conférence de biologie sur les cachalots qui sont des très grand dauphins. 2. Une méthode pour déformer son schéma corporel humain et lui donner la forme d’un cachalot. Vous êtes allongé, presque immobile : interprète et spectateur. Le corps humain est la forme de départ que l’imagination peut déformer pour y inscrire le corps d’un cachalot. Suit une plongée-promenade collective imaginée. 3. Un retour progressif au corps humain.

_______

DIMANCHE – Transfert et Transmission -

10h-12h30 Atelier
Initiation à la télépathie avec les animaux
Bettina Höfer
Initiation pas à pas : Méditation / Exercices de télépathie / Ressentir ses différents sens à l’intérieur de soi / Contact avec un animal.

14h30- 16h20
Atelier 
lecture à deux voix d’interactions hommes-dauphins
Fabienne Delfour + Véronique Servais
A partir d’observations filmées d’interactions entre dauphins et humains, Fabienne Delfour et Véronique Servais nous montreront comment elle travaillent. Ainsi, elles nous initieront à pratiquer leur méthodes d’interprétation.

Le système W (Jeanne Revel) Conférence 
Une interaction dauphins-humains interprétée avec les mots du système W
Parce que W appelle représentation le fait d’agir sous le regard d’autrui, elle concerne potentiellement toute interaction plus ou moins codifiée dans la vie sociale : une assemblée de grévistes, une messe, une vente aux enchères, une salle de classe… On tentera d’appliquer au corpus présenté par Fabienne Delfour et Véronique Servais les catégories proposées par W et d’analyser en termes de représentation les interactions humain-animal qui servent de fondement à l’éthologie.

16h30-18h Conférence
Des pratiques somatiques pour approcher des animaux ?
Joanne CLavel
Les pratiques somatiques proposent une nouvelle manière de vivre son corps humain, en le percevant lui-même comme un écosystème. Elles unifient l’action de penser et celle de sentir. Permettent elles l’émergence de nouveau dispositif de rencontre avec des animaux ?

Table ronde de clôture

______

Les Intervenants

Joanne Clavel (Montpellier et Paris)
Joanne Clavel est chercheure en sciences de la conservation au Muséum national d’Histoire naturelle. Formée aux sciences de l’écologie avec une thèse portant sur l’impact des changements globaux sur la biodiversité, elle travaille aujourd’hui à l’interface avec les humanités environnementales – art, esthétique, politique – après s’être formée en danse à l’Université Paris 8, en médiation esthétique à l’ULg en Belgique, en écologie politique puis chorégraphie à UCBerkeley. Elle enquête sur le développement d’une culture écologique, d’un « art de vivre », dans des milieux qui pratiquent le soin aux autres (agriculture, pratiques somatiques et artistiques).
Elle co-fonde en 2008 le collectif d’artistes Natural Movement afin de monter des créations artistiques et des projets de médiation de l’écologie dans des lieux variés : zoos, laboratoires scientifiques, banlieues, milieux ruraux.
https://mnhn.academia.edu/JoanneClavel + http://www.natural-movement.fr/

Fabienne Delfour (Paris)
Dr. en Ethologie Cognitive et Habilitée à Diriger les Recherches, Fabienne Delfour a consacré une vingtaine d’années à étudier les mammifères marins en milieu naturel et en parcs marins. Elle s’intéresse aux comportements, aux capacités cognitives et au bien-être de ces animaux. Intriguée par la riche relation homme-animal, elle a choisi de mener des études pluridisciplinaires et innovantes pour mieux en comprendre les rouages. Affiliée au Laboratoire parisien d’Ethologie Expérimentale et Comparée et responsable scientifique au delphinarium du Parc Astérix, elle encadre aujourd’hui des travaux de master et deux doctorats sur le bien-être des dauphins et en étho-acoustique. Impliquée dans plusieurs comités scientifiques et de bien-être animal, elle travaille activement à rechercher des critères objectifs d’évaluation du bien-être animal adoptant résolument une posture qui considère l’animal et son monde propre. http://www.animauxetcompagnies.com/

Bettina Höfer (Lignières, Suisse)
Bettina Höfer reçoit à son domicile des gens qui ont des soucis avec leur chat, leur troupeau de chèvres ou le loup dans le bois. Ses faculté de médium lui permette d’opérer un travail de médiation entre animaux et humains, et plus généralement d’aider les animaux et les humains à trouver un bien-être physique et psychique. Elle peut travailler à partir d’une simple photo de l’animal. Ses recherches actuelles lui font rencontrer des éléphants et nager avec des dauphins. Pour son activité de médium en « communication animale », elle s’appuie sur le concours de ses animaux familiers -chien, chat, cheval- et de certains dauphins qu’elle fréquente régulièrement.

Véronique Servais (Liège, Belgique)
Après des études en psychologie et un mémoire intitulé « Etude exploratoire des effets thérapeutiques de l’animal familier auprès de jeunes filles anorexiques », Véronique Servais a consacré l’essentiel de ses recherches à l’étude des relations entre humains et animaux dans la société contemporaine. Outre de nombreux articles, elle est l’auteur (avec Jean-Luc Renck) de L’éthologie. Histoire naturelle du comportement (Ed. Seuil) et de La science [humaine] des chiens, aux éditions Le bord de l’eau. Elle est également responsable du « Certificat Universitaire en Médiation animale et Relations à la nature » à l’Université de Liège. Récemment, elle a mené une étude sur l’enchantement dans les rencontres avec des dauphins, qui l’a conduite à s’intéresser à l’enchantement dans la danse puis à ce qui survient chez les élèves d’un conservatoire d’arts dramatiques au cours d’exercices inspirés du rituel vaudou. Ses projets pour l’avenir sont de contribuer à une science humaine des animaux.
http://orbi.ulg.ac.be/browse?type=authorulg&rpp=20&value=Servais%2C+V%C3%A9ronique+p002649.

Mandoline Whittlesey (France et U.S.A)
Artiste chercheuse et pédagogue, Mandoline élabore son travail autour de la relation intersubjective, la fluidité perceptive et le phénomène symbolique, dans une perspective transdisciplinaire. Après un Bachelor of Arts obtenu à Oberlin College, USA en 2002 (écriture, danse, photo) elle est interprète pour des chorégraphes en France (H.Cathala, L.Montecchia, C.Filmon, E.Grivet…) et développe ses propres projets à partir de 2006 (performance-installation). Certifiée praticienne de Body-Mind Centering® en 2010, elle créé et codirige SOURCES, formation en pratiques somatiques, puis développe un cycle de formation en Mouvement Authentique qu’elle mène pour la troisième année consécutive. Soutenant une vision résolument poétique, profondément incarnée, Mandoline poursuit actuellement un Master of Fine Arts en chorégraphie et arts visuels à Wilson College, USA.
http://mandolinewhittlesey.blogspot.fr/

Le collectif W (incarné cette fois par Jeanne Revel, France)
W est née en 2003, à la suite d’un travail sur les conditions d’une énonciation collective (Bloc, Centre Chorégraphique de Tours). Ce travail s’est poursuivi lors d’une collaboration de Joris Lacoste et Jeanne Revel avec le chorégraphe Joao Fiadeiro autour de sa méthode de Composition en Temps Réel (Centre National de la Danse, 2004), puis s’est développé de manière autonome.
Que se passe-t-il lorsque quelqu’un fait quelque chose sous le regard d’autrui ? Comment agit-on lorsqu’on se sait regardé ? Que se passe-t-il exactement quand on regarde simplement « pour le plaisir » ? W tente de répondre à ces questions par l’élaboration d’un glossaire, d’une pratique performative et d’instruments pour la critique. W produit notamment des jeux, un précis de notions opératoires, des stages et sessions pratiques, des séminaires critiques, ainsi que divers articles et conférences.
http://www.1110111.org

Boris Nordmann
est artiste chercheur, co-fondateur de Old School (école de la relation inter-espèce), biologiste de formation, diplômé du Fresnoy Studio National des Arts Contemporains. Médaillé du concours Lépine en 2009, mandataire d’un 1% artistique en 2010, son parcours est tissé de collaborations avec des chercheurs. Il développe un projet de recherche interdisciplinaire qui admet à égalité des pratiques issues des sciences sociales, des sciences naturalistes, du handicap (écholocalisation humaine), du sport (apnée, kayak), et des arts (contact improvisation, techniques vocales). La publication de cette recherche passe actuellement par des œuvres et ateliers : les Fictions Corporelles, les ateliers d’écholocalisation humaine pour voyants et non-voyants et un film en cours.
www.borisnordmann.com